des nouvelles du mali

Publié le par agence reuters

Négociation en cours, avec l'Algérie comme médiateur.
(communiqué de "Reuters", du 12 juin à 16h35)

16:35 12Jun2006 RTRS-Médiation algérienne entre gouvernement malien et Touaregs 

BAMAKO, 12 juin (Reuters) - Les rebelles touaregs retranchés dans le nord du Mali ont annoncé lundi qu'ils prendraient part à des entretiens en Algérie avec le gouvernement malien sur leurs revendications autonomistes. 

Des rebelles ont attaqué il y a trois semaines la ville reculée de Kidal, dans le nord du Mali, saisissant des véhicules et des armes avant de se retirer dans une zone de montagne proche de la frontière algérienne. 

Quatre négociateurs algériens et un représentant du gouvernement malien ont déjà eu des discussions ce week-end avec les insurgés, qui réclament une liberté plus grande vis-à-vis du gouvernement de Bamako. 

 "C'était un premier contact. Nous avons accepté de tenir des négociations mais avons demandé un peu de temps pour nous préparer", a déclaré à Reuters par téléphone satellite Eglasse Ag Idar, porte-parole des rebelles. Ceux-ci ont demandé au moins une semaine pour mettre au point leurs revendications. 

 Le gouvernement malien n'a fait aucune déclaration jusqu'ici, mais un responsable militaire a déclaré à Bamako que les participants aux discussions étaient convenus de la nécessité de tenir une deuxième réunion. 

 "Ils ont engagé un processus de réconciliation, un processus de dialogue, et ont jeté des bases de négociations", a-t-il dit. 

Les Touaregs ont déclenché des révoltes à partir de la région de Kidal dans les années 1960 et au début des années 1990. 

Des accords de paix ont répondu à une partie de leurs revendications en intégrant d'anciens combattants à l'armée nationale et en ouvrant des postes de responsabilité à des dirigeants touaregs, mais le ressentiment persiste dans leur région marginalisée sur le plan économique. 

Le président malien Amadou Toumani Touré a engagé les rebelles à discuter de leurs griefs - qui portent selon lui sur le chômage des jeunes et la démobilisation d'ex-combattants insurgés -, mais il les a avertis que son gouvernement ne céderait pas à la violence.

 

Publié dans voyage4x4mali

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article